Contenu pour des utilisateurs privés

Lettre d'information

Les rançongiciels menacent de plus en plus les réseaux des entreprises

09.05.2019 - Depuis le début de l’année 2019, de nombreuses PME et grandes entreprises en Suisse et à l’étranger ont signalé que leurs données avaient été chiffrées et rendues inaccessibles par des chevaux de Troie appelés rançongiciels. Dans certains cas, les sauvegardes ont également été verrouillées, empêchant la reprise des activités des entreprises concernées.

Logiciels malveillants : prudence recommandée, quel que soit votre système d’exploitation

15.06.2017 - Les criminels à l’origine de vagues d’e-mails malicieux cherchent de plus en plus à diversifier leurs cibles. Ainsi, ce ne sont pas uniquement les utilisateurs de Windows qui sont visés. Ces dernières semaines, la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI) a observé différentes vagues cherchant à distribuer des maliciels et ciblant les utilisateurs suisses de macOS, le système d’exploitation développé par Apple. Il est important de rappeler que la prudence s’impose pour tous les utilisateurs, quel que soit le système d’exploitation qu’ils utilisent.

Une panne de courant due à l’Internet des objets?

Les appareils connectés peuvent être utilisés à grande échelle pour des cyberattaques. C’est l’un des risques mis en évidence par le 28e rapport semestriel de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI), publié le 30 avril 2019. Portant sur les principaux cyberincidents observés au cours du second semestre 2018 en Suisse et à l’étranger, le rapport aborde notamment les tentatives de chantage, telles que les «fake sextorsions», et la fraude au faux fournisseur basée sur les données d’accès à Office 365. Il a pour thème prioritaire la gestion des risques liés au matériel et aux logiciels achetés.

Les Suisses victimes de sextorsion: les autorités lancent le site «www.stop-sextortion.ch»

Dans un courriel, des escrocs prétendent avoir pris le contrôle de l'ordinateur et de la webcam du destinataire et menacent de publier des images et des vidéos à caractère sexuel de celui-ci s'il ne verse pas une rançon. Dans cette arnaque, appelée «sextorsion», un paiement en bitcoins est généralement exigé. Bien que les sommes demandées soient modestes, cette méthode a permis à des criminels de soutirer des bitcoins pour une valeur avoisinant les 360 000 francs ces six derniers mois. En continuant de payer les rançons, les victimes encouragent l'utilisation de ce mode opératoire. Aidez-nous à enrayer ces arnaques en ne payant plus de rançons. Lancé aujourd'hui par les autorités, le site «www.stop-sextortion.ch» propose des informations sur ce thème et offre la possibilité de signaler des courriels frauduleux.

Dernière modification 07.01.2019

Début de la page